Edito du 29 Avril 2013

Les valeurs de l’engagement

Lorsqu’un responsable hiérarchique demande à l’un de ses managers d’assumer une nouvelle responsabilité dans le cadre d’un nouveau projet d’entreprise ; il est difficile de refuser !

Souvent par crainte que ce refus soit assimilé à une opposition à la direction ou qu’il soit vécu comme un frein au changement, il est plus facile d’acquiescer. La pression sera, bien entendu, plus forte encore si la communication autour du projet est bien avancée et si les enjeux sont importants pour l’entreprise. Pourtant ce « oui » de tranquillité apparente peut constituer un double préjudice :

► pour le manager d’abord car cela ne fait que reporter les difficultés réelles à la mise en œuvre effective, et, l’absence de remarques lors de l’engagement peut le priver de moyens d’arbitrage officiels ultérieurs. Parfois, rattrapé par le principe de réalité, le manager peut se sentir en difficulté. Dans ce cas, il lui sera difficile de ne pas répercuter la pression ressentie à l’ensemble de son équipe. Si toutefois, il parvient à garder cette pression pour lui, c’est lui-même qui se mettra en danger. 

► pour l’entreprise ensuite car l’acquiescement facile masque complètement les interférences possibles avec l’existant. Cette coupure avec les réalités opérationnelles peut conduire l’entreprise à faire de mauvais choix !

Ne serait-il pas plus sage de reprendre les vraies notions de l’engagement : cela commence par une prise de recul nécessaire pour prendre le temps d’analyser le contenu de la demande ; si on refuse, c’est sur la base d’un argumentaire pertinent qui permettra d’entrer dans une phase de négociation pour asseoir une solution répondant aux enjeux de l’entreprise tout en s’assurant de sa faisabilité !

Si on accepte, c’est après réflexion et en toute connaissance de cause.

Ces fondamentaux sont essentiels pour asseoir la relation de confiance et permettre de construire l’avenir de l’entreprise. Charles A. GARFIELD a écrit : « Paradoxalement les sociétés qui se focalisent sur les valeurs plutôt que sur les profits finissent par améliorer leurs résultats. »

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Edito du 29 juin 2014
par  Sylvie LAMBERT


Synergologie ® "non verbal" "gestuelle non consciente"


 Edito du 29 septembre 2013
par  Sylvie LAMBERT


Nous avons tous plus ou moins conscience que la confiance constitue un levier de motivation important. Cependant, concrètement, est ce que notre (...)
 Edito du 29 avril 2013
par  Sylvie LAMBERT


Lorsqu’un responsable hiérarchique demande à l’un de ses managers d’assumer une nouvelle responsabilité dans le cadre d’un nouveau projet d’entreprise (...)
 Edito du 29 novembre 2012
par  Sylvie LAMBERT


Nous savons tous aujourd’hui combien nos émotions sont fondamentales pour notre développement et notre intégration sociale. Mais, nous savons (...)
 Edito du 29 juillet 2012
par  Sylvie LAMBERT


Nous confondons souvent humilité et dépréciation de soi. Pourtant ce sont des attitudes complètement opposées. Autant la première (humilité) est une (...)